Infections urinaires - Vidéo: Causes Symptômes Diagnostic Cure

Les infections urinaires sont des troubles qui peuvent affecter différentes parties du système urinaire : reins, uretères, vessie ou urètre. Ils peuvent affecter les deux sexes et dans n'importe quel groupe d'âge, bien qu'ils soient plus fréquents chez les femmes pour plusieurs raisons, dont nous parlerons plus tard. La cystite et l'urétrite sont les infections urinaires les plus courantes et, en général, ont une évolution bénigne, à condition qu'elles soient correctement traitées. Parfois, cependant, ces troubles peuvent être très gênants et devenir chroniques, c'est-à-dire qu'ils se reproduisent fréquemment chez la même personne. De plus, s'ils sont négligés, ils peuvent entraîner des complications très graves, comme une infection rénale, appelée pyélonéphrite, une insuffisance rénale ou encore une septicémie. Pour cette raison, les infections urinaires ne doivent jamais être sous-estimées.

Avant de continuer, je vous rappelle que le système urinaire est constitué principalement de deux reins, qui filtrent le sang, le nettoient des déchets et donnent naissance à l'urine, qui est acheminée dans la vessie par deux tubes fins, un pour chaque rein, appelées uretères. La vessie est une sorte de poche qui reçoit l'urine avant de se vider par la miction, qui consiste à expulser l'urine à l'extérieur. La miction est rendue possible par l'urètre, un tube mince qui relie la vessie à l'extérieur.Les reins, les uretères, la vessie et l'urètre font donc tous partie des voies urinaires.Ce bref rappel permet de diviser les infections des voies urinaires en deux grandes catégories : celles des voies urinaires basses et celles des voies urinaires hautes. se produisent plus fréquemment dans la vessie, et dans ce cas on parlera de cystite, ou elles peuvent affecter l'urètre, provoquant ce qu'on appelle l'urétrite. Moins fréquents, mais associés à un tableau clinique plus critique sont les cas de pyélonéphrite, qui sont des infections des voies urinaires supérieures qui surviennent lorsque le processus infectieux affecte les reins. Par rapport aux hommes, les femmes sont plus sensibles aux infections des voies urinaires en raison de plusieurs facteurs prédisposants. Pour expliquer ce phénomène, partons d'une considération anatomique. L'urètre, c'est-à-dire le petit canal qui permet l'écoulement de l'urine de la vessie pendant la miction, a des longueurs différentes chez les deux sexes. les hommes ont un urètre plus long, puisqu'il s'étend de la vessie à l'apex du pénis, en passant par la prostate. Si l'urètre masculin mesure environ 15 à 20 cm, celui de la femelle ne mesure que 3 à 5 cm de long. Chez la femme, les agents infectieux peuvent donc facilement remonter et atteindre la vessie en raison de la brièveté de l'urètre. De plus, toujours chez la femme, l'infection est favorisée par la proximité du méat urinaire, c'est-à-dire l'ouverture externe de l'urètre, avec les orifices vaginaux et anaux, ce qui se traduit par une plus grande possibilité de contamination par des germes d'origine intestinale. Les traumatismes urétraux lors des rapports sexuels peuvent également favoriser les infections urinaires.D'autre part, il faut dire que l'homme, ayant un urètre plus long, est plus exposé au risque d'urétrite, puisque plus le tractus est large. prendre racine.

Mais pourquoi les infections urinaires surviennent-elles ? Nous avons mentionné que certains agents infectieux provenant de l'intestin, donc présents dans la zone anogénitale, peuvent atteindre les voies urinaires en remontant l'urètre. En plus de cette voie, dite ascendante en raison de la remontée d'agents pathogènes de l'extérieur, les germes, quoique plus rarement, peuvent également atteindre les voies urinaires via le sang et les lymphatiques.Responsables des infections urinaires sont principalement des bactéries qui colonisent normalement les organes génitaux externes. ou font partie de la flore intestinale normale, commeEscherichia coli. Dans certaines conditions, ces micro-organismes normalement inoffensifs peuvent se reproduire dans les voies urinaires provoquant une infection. Moins fréquemment, ils sont appelés virus ou champignons, tels que Candida albicans. Les infections urinaires chroniques, donc récurrentes, peuvent plutôt représenter le signe d'anomalies anatomiques-fonctionnelles, qui facilitent l'entrée d'agents infectieux dans la vessie, ou provoquent le reflux des urines de la vessie vers l'uretère. De manière générale, quelles que soient les causes qui la provoquent, la stase urinaire dans la vessie, en plus de favoriser la survie et la prolifération des bactéries, peut faciliter la propagation de l'infection aux voies urinaires supérieures, ou au parenchyme rénal. Parmi les anomalies structurelles possibles qui prédisposent aux infections urinaires, on retiendra également les malformations congénitales, les tumeurs, la présence de calculs dans les voies urinaires ou les reins, et les sténoses, c'est-à-dire les rétrécissements, de l'urètre.Chez l'homme, les infections de l'urètre. peut être lié à des problèmes affectant la prostate, tels que l'hypertrophie bénigne de la prostate, c'est-à-dire l'élargissement de la glande, qui peut causer des problèmes d'obstruction urinaire.D'autres causes d'infections des voies urinaires comprennent le cathétérisme et les maladies prédisposantes de divers types, telles que le diabète, déficiences immunitaires, infections vaginales et certains troubles neurologiques.

Les infections des voies urinaires se manifestent généralement par des symptômes caractéristiques, tels qu'une gêne et une sensation de brûlure lors de la miction, un besoin urgent d'uriner, des douleurs dans le bas-ventre et dans la région lombaire. Il est également fréquent de ressentir le besoin d'uriner plus fréquemment, bien que l'expulsion des urines soit souvent douloureuse, difficile, de faible intensité et associée à la sensation de vidange incomplète de la vessie. L'urine peut également être trouble, de couleur foncée et avec une odeur piquante. Parfois, il peut avoir des traces de sang. D'autres symptômes associés aux infections urinaires peuvent être de la fièvre, des vomissements et de la diarrhée. La fièvre et les douleurs lombaires, en particulier, sont des signes avant-coureurs d'une éventuelle infection rénale, appelée pyélonéphrite, qui mérite une attention médicale immédiate.

Souvent, les symptômes énumérés ci-dessus sont suffisants pour poser un diagnostic d'infection urinaire. Pour confirmer la présence d'une infection, une analyse d'urine et une culture d'urine sont toujours nécessaires. Le test d'urine montrera la présence de globules blancs, de bactéries et, dans certains cas, de globules rouges. La culture d'urine avec un antibiogramme, d'autre part, permet d'isoler le micro-organisme responsable spécifique et de vérifier sa réponse à des antibiotiques spécifiques, afin de sélectionner le médicament le plus efficace. Dans les formes récidivantes ou en cas de pyélonéphrite, il peut être utile de subir un examen plus approfondi, avec une échographie rénale ou une cystoscopie, pour vérifier la présence éventuelle d'un problème anatomo-fonctionnel de l'appareil urinaire.

Le traitement des infections urinaires passe par un traitement médicamenteux, souvent avec des antibiotiques ou des antiseptiques urinaires qui doivent être prescrits par le médecin. Le traitement doit être suivi pendant toute la période indiquée, même lorsque les symptômes ont tendance à disparaître rapidement. Le risque d'un arrêt prématuré du traitement est de développer des rechutes et de favoriser la résistance bactérienne aux antibiotiques. En présence d'une infection plus grave, une hospitalisation et un traitement antibiotique par voie intraveineuse peuvent être nécessaires. La pyélonéphrite, en particulier, si elle n'est pas reconnue et traitée rapidement, peut causer des dommages permanents et compromettre la fonction rénale, entraînant même la nécessité d'une dialyse. Enfin, si l'infection est soutenue par des défauts anatomiques de l'appareil urinaire, une correction chirurgicale de l'anomalie elle-même peut être envisagée.

Souvent, la prévention est une arme efficace contre les infections urinaires. Tout d'abord, il est de bonne pratique de prendre soin de son hygiène intime au quotidien, notamment pendant la période menstruelle et avant et après les rapports sexuels. Les femmes doivent faire particulièrement attention à se laver et à se nettoyer avec des mouvements directs de la vulve à l'anus, jamais l'inverse. Sinon, vous risquez de transférer les bactéries fécales vers les orifices vaginaux et urinaires. De plus, les nettoyants intimes agressifs, les sous-vêtements en fibres synthétiques et les vêtements trop serrés doivent être évités. Pour la prévention des infections urinaires, il est important d'éviter de retenir longtemps l'urine si vous ressentez le besoin de vider la vessie, et de favoriser le transit intestinal, en évitant la constipation. Pour favoriser l'écoulement de l'urine et maintenir une bonne hydratation quotidienne, il est également recommandé de boire au moins deux litres d'eau par jour. Un excellent remède naturel pour prévenir d'autres infections urinaires et lutter contre celles en cours est la canneberge américaine, également appelée canneberge. Le mannose et la busserole sont également utiles dans ce sens. En revanche, les sucres raffinés, qui favorisent la prolifération des bactéries, doivent être évités ou limités. Même les aliments acides épicés et très épicés, les boissons alcoolisées et le café peuvent irriter les voies urinaires, intensifiant la brûlure et la douleur associées à ces infections.

Mots Clés:  dictionnaire cyclisme travail et santé