Syndrome de Reiter - Arthrite réactive

La maladie de Reiter est une maladie auto-immune caractérisée par une triade de processus inflammatoires : arthrite, conjonctivite et urétrite.
La cause précise de cette condition n'est pas encore connue; cependant, des études à cet égard suggèrent que, dans la plupart des cas, une certaine prédisposition génétique et l'exposition à certains agents infectieux jouent un rôle clé dans l'apparition de la maladie.
À l'heure actuelle, il n'existe aucun test de diagnostic spécifique pour l'arthrite réactive, de sorte que les médecins doivent se fier à des investigations telles que les antécédents médicaux, l'examen physique, les analyses de sang et parfois les tests et l'imagerie du liquide synovial.
Pour le moment, la thérapie repose sur des traitements pharmacologiques pour la gestion des symptômes et l'éradication de l'agent infectieux qui a agi comme déclencheur de la maladie, sur la physiothérapie et sur l'exercice physique.

(arthrite), la conjonctive oculaire (conjonctivite) et l'urètre (urétrite).

Le terme « syndrome de Reiter » est maintenant tombé en désuétude pour essentiellement deux raisons : tout d'abord, Hans Conrad Julius Reiter, le médecin allemand qui a décrit pour la première fois la maladie en question en 1916, ne comprenait pas exactement la pathogenèse de la maladie ; d'autre part, la communauté médicale et l'opinion publique en général ont voulu à juste titre prendre leurs distances avec HCJ Reiter lui-même, puisque ce dernier, pendant la Seconde Guerre mondiale, a commis des crimes de guerre en tant que nazi dans le camp de concentration de Buchenwald.

6, d'un gène particulier appelé HLA-B27, où HLA est l'acronyme anglais de Antigène leucocytaire humain, c'est-à-dire l'antigène leucocytaire humain.

HLA-B27 appartient à une famille de gènes codant pour des protéines de surface - plus précisément des antigènes - qui jouent un rôle clé dans la défense contre les infections et dans la distinction des propres cellules de l'organisme (soi) des étrangers (pas soi).

Les preuves suggèrent que la présence du gène HLA-B27 rend les individus plus vulnérables à diverses maladies, y compris l'arthrite réactive.

Les raisons de cette vulnérabilité accrue ne sont toujours pas claires ; cependant, il semble que, lors de l'apparition de certaines conditions (par exemple : une « infection), HLA-B27 déclenche une réaction immunitaire anormale, qui conduit par la suite à la maladie.

Il convient de noter qu'être porteur de HLA-B27 ne signifie pas nécessairement que vous aurez une arthrite réactive, mais seulement qu'il existe une prédisposition à son égard.

Facteurs environnementaux : Infections gastro-intestinales, urinaires et génitales

La recherche scientifique a observé comment certaines infections précèdent l'apparition de l'arthrite réactive.
Cette observation a conduit les experts à conclure qu'il existe probablement une corrélation entre les deux événements.

Les agents infectieux associés à l'apparition de l'arthrite réactive comprennent :

  • Les bactéries qui agissent généralement au niveau gastro-intestinal, telles que Salmonella spp., Shigella spp., Yersinia spp., Campylobacter spp.
  • Bactéries qui agissent généralement au niveau génital et sont responsables d'infections sexuellement transmissibles, y compris Chlamydia trachomatis Et Ureaplasma urealyticum.
  • Bactéries qui agissent généralement dans l'urine, mais qui n'ont pas encore été bien identifiées.

Sur la base des études menées jusqu'à présent, ces agents infectieux semblent être capables de provoquer indirectement une arthrite réactive en présence de facteurs génétiques en leur faveur.

Une condition génétique favorable, très fréquente chez les patients atteints d'arthrite réactive, est précisément celle décrite ci-dessus : la présence du gène HLA-B27.

Pour des raisons encore mal comprises, pour les personnes porteuses du gène HLA-B27, l'exposition à l'un des agents pathogènes cités ci-dessus pourrait être le déclencheur d'une réaction immunitaire anormale, qui, en terme d'effet, se traduit par l'apparition d'une « arthrite réactive ».

Mots Clés:  sport phytothérapie nutrition