L'insuline dans le traitement du diabète

La thérapie pharmacologique du diabète de type 1 implique l'administration à vie d'insuline, généralement par voie sous-cutanée, voire par voie intramusculaire ou intraveineuse ; dans tous les cas il s'agit d'une administration parentérale au moyen d'une pompe pré-calibrée, puisqu'étant un peptide, en cas d'administration orale l'insuline serait dégradée dans l'estomac.

Dans le passé, cette hormone était isolée du pancréas des bovins ou des porcs ; cette pratique provoquait l'apparition de réactions immunitaires chez le patient, on utilise aujourd'hui des insulines à pH neutre, obtenues à partir d'ADN humain avec des techniques de recombinaison génétique.La posologie est indiquée en "unités", c'est-à-dire la quantité d'hormone nécessaire pour amener la glycémie chez un lapin, à jeun, à 45 mg/dl.

Les insulines sont classées selon la durée d'action en : insulines à courte durée d'action (de 2 à 4 heures), administrées avant les repas afin d'éviter la remontée glycémique post-prandiale ; action intermédiaire (de 12 à 24 heures) et longue durée d'action (jusqu'à 36 heures); ces derniers sont idéaux pour maintenir les valeurs d'insuline équilibrées pendant la journée, assurant un apport basal tout au long des 24 heures.

Un exemple pharmacologique d'insuline rapide est donné par l'insuline « humaine » soluble rapide, à administrer 45-30 minutes avant les repas ; Lispro, Aspart et Glulisin sont des insulines avec une plus grande vitesse d'absorption, obtenue en apportant de petites modifications aux séquences d'acides aminés. d'insuline humaine : ils peuvent donc également être administrés immédiatement avant ou immédiatement après un repas.
Des exemples pharmacologiques d'insulines intermédiaires sont la NPH (Neutral Protamine Hagoton Insulin) et l'insuline "lente".
Des exemples d'insulines lentes sont : l'insuline « ultra lente », Protamine zinc, insuline associée à la protamine qui favorise sa stabilité et augmente sa durée d'action ; Glargina et Detemir, qui garantissent un taux d'insuline dans le sang plus constant que l'insuline « ultra lente ».
Dans tous les cas, des schémas thérapeutiques fractionnés et mixtes sont généralement mis en œuvre, parallèlement aux insulines courtes et lentes.
Concernant la thérapie pharmacologique du diabète de type 2, nous dirons que l'insuline ne doit être administrée que lorsque l'élimination complète des sources de glucose de l'alimentation et l'administration d'agents hypoglycémiants oraux ne suffisent pas.
En ce qui concerne la grossesse diabétique, cependant, l'insulinothérapie est recommandée plutôt que l'utilisation d'agents hypoglycémiants oraux, qui parviennent à traverser la barrière placentaire, contrairement à l'insuline qui, étant une molécule très volumineuse, ne passe pas.
Les effets secondaires du traitement post-diabétique les plus fréquemment rencontrés sont les suivants : crises hypoglycémiques, avec réactions associées affectant le système nerveux autonome, transpiration à basse température, peau froide et pâle, sensation de faim, tremblements et palpitations ; la neuroglucopénie, ou le manque de glucose dans le système nerveux, qui se traduit par des difficultés de concentration, de la somnolence, de la fatigue et même une perte de conscience ; toute réaction allergique avec différents degrés de danger: de la simple urticaire aux manifestations anaphylactiques.

 


Autres articles sur "L'insuline dans le traitement du diabète"

  1. Diabète, types de diabète, causes et conséquences du diabète
  2. Agents hypoglycémiants oraux ou antidiabétiques oraux
Mots Clés:  recettes santé vaccination